Connect with us

Société

L’info au temps du Corona – De l’ail à l’intox 

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

Salutations, jeune voyageur !  

Heureuse de vous voir parmi nous. En ces temps de criserares sont ceux qui font le voyage jusqu’à ces contrées. Oui, je sais que vous n’avez pas bougé de votre canapé depuis ce matin. Mais vous êtes à la recherche de vérité, et c’est là le plus noble des voyages.  

Commençons donc votre initiation à la sagesse du web. Commençons par le commencement. 

[ Intox – La Genèse ] : Une petite histoire d’Ail. 

Au commencement, il y’avait vous.

Aujourd’hui, en fervent consommateur d’internet, vous avez partagé dans le group-chat familial un article de LerPess parlant des bienfaits de l’ail sur la santé des Lamas du Bengale.

Trois personnes vous en mis un haha et quelqu’un a lancé un pouce bleu. Vous, vous avez déjà remis la conversation sur silencieux et êtes de retour à admirer des memes 

ce point de l’histoire, vous ignorez que la conversation a continué sans vous. Votre oncle Mehdi, nutritionniste du dimanche, a rebondi sur l’article pour parler des bienfaits de l’ail sur le foie. Imed insiste alors que c’est surtout sur les reins. “Je l’ai lu quelque part”, affirme-t-il 

Hrouzmécontent de rester sans rien dire, ajoute que c’est aussi excellent pour les poumons. 

De peur d’une crise de colère, personne ne le contredit. 

Arrivée à ce niveau de la conversation, votre tante Znaykha, toute contente de cette information aux sources douteuses, ira la raconter à ses amies du club de Melouf 

Ses amies du club de Melouf, toutes très fans de Znaykha dont l’arrière grand-oncle du côté de la mère avait attrapé la grippe de 1918, iront raconter l’info à leurs familles. Parmi elles, Houda
Celle-ci, vivant dans la peur du Coronavirus, a rapidement fait le lien entre ail et Covid-19, et a insisté pour que son fils en prenne au petit déjeuner. 

Mouradfils de Houdan’aime pas l’idée de manger de l’ail de bon matin. Par contre, il aime bien l’idée qui lui vient.
Mourad tient une page Facebook (Jebya News 2020) qui galère à rivaliser avec les lives de Nermine Sfar. Cette histoire d’ail qui guérit du Coronavirus pourrait le rendre célèbreSweet, sweet internet fame. La tentation est trop grande (et honnêtement, lui il s’en fout du reste). Il construit vite fait une image avec Paintposte le tout sur la page puis dans le groupe “Corona-Corina-Coloungna, et s’endort sans trop y penser. 

Le lendemain matin (enfin, à 15h, heure de réveil)il se connecte et jackpot ! Il a fait 350000 vues en 12 heures. Même que les pages de Khabya, et Khabya News 2019 ont repris et reposté l’information. 
L’ail guérit le Coronavirus. Ce n’est plus une rumeur. C’est maintenant la vérité vraie. 

 

Tout ceci n’est évidemment qu‘un scénario d’autres. La naissance et l’évolution d’une rumeur, comme beaucoup de tournures de l’Histoire, dépendent de peu de choses. Je vous laisse décortiquer les nombreux rouages qui nous ont mené à cette chute, mais les faits sont comme suit:  Nous vivons dans une époque où l’information circule tellement vite, et avec si peu de contrôle, qu’un scénario pareil, aussi absurde soit-il, pourrait bien en devenirvrai.   

Ne me regardez pas comme ça ! Ça ne me réjouit pas non plus. Mais les faits sont là. Sur internet, on est tous idiots. Mais figurez-vous qu’il est possible de l’être moins. Beaucoup moins. 
Comme contre le COVID-19, certains réflexes vous protègent, vous, et votre entourage. C’est pareil pour le tout aussi destructeur Npostilli-J-20. Regardons donc comment y remédier.


[Intox – Les 5 commandements pour la combattre]: Naviguer le net comme un pro

  1. Ta source tu vérifieras. 

    Est-ce une page officielle ? Est-ce un journal international ou un blog du dimanche ? Quelle est la crédibilité de ses anciens articles ? Qui travaille dessus ? Quelles sont ses affiliations politiques ? A-t-elle des antécédents douteux ? Essayez de répondre à toutes ces questions avant de partager quelque chose. Et non, le live d’un pseudo médecin sur son compte privé n’est pas une source fiable non plus. Je sais. C’est strict. Mais à la guerre comme à la guerre.

  2. La date tu vérifieras.

    Un article de 2019 qui parle de grève des boulangers, partagé en 2019, ferait déjà panique. Maintenant imaginez partager le même article en Avril 2020. C’est bon ? Vous voyez où on en serait ?  Tant mieux. Au suivant !

  3. Au clickbait attention tu feras.

    Les titres sont souvent écrits de façon à faire passer une information. Mais faute d’espace, ou par amour du buzz, cette information met en avant des termes explosifs, et est souvent estropiée de détails essentiels. Lisez l’article en entier avant de tirer des conclusions.

  4. Le Reverse Google Search tu utiliseras.

    Okay. Supposons que vous avez maintenant une source qui n’est pas à 100% sûre mais que l’info reste plausible. Faisons appel à notre ami Google. Il suffirait de taper 2, 3 mots clés pour voir dans quelles autres sources il y’a eu une apparition de cette info. N’oubliez pas que plusieurs sites ont tendance à copier-coller leurs infos sans trop y penser. Vous pourrez donc bel et bien voir apparaitre cette info sur plusieurs sites. Cependant, aucun d’entre eux n’est une source réellement fiable. Vous pourrez faire la même chose en vérifiant les vidéos sur les pages officielles, pour voir si elles ont été éditées. 
    Le reverse google search est aussi possible avec les images. Un simple drag and drop sur la barre de recherche de google. Et HOP ! Il vous permet de savoir quand et où une image serait apparue pour la première fois.

  5. Ton émotion tu maîtriseras.

    Les intox ont pour super-pouvoir de vous arracher un sentiment qui va occulter votre réflexion logique et vous faire réagir au quart de tour. Quoi ? Vous ne me croyez pas ? Prenons un exemple qu’on a tous rencontré très récemment. 
    “Des dauphins et des cygnes à Venise suite au confinement du Coronavirus !”.
    Ô joie ! Ô bonheur ! Mes félicitations. Vous avez lu une information qui a provoqué chez vous une émotion. Vous avez réellement envie de partager. Vous doutez un peu mais il y’a quelques jours vous avez lu (cette fois dans un journal très sérieux) que les émissions de CO2 ont diminué en Chine, et puis tous vos amis écolos l’on partagé ! 
    Les dauphins, ça doit être vrai. La nature reprend ses droits !” vous dites vous en bon écologiste engagé. 
    Cette information concorde avec vos convictions, et avec d’autres informations vérifiéesÇa doit donc sûrement être vrai. 
    Mais non. En fait, non.
    Vous venez tout simplement de commettre le pêché ultime du bais de confirmationMes félicitations. 
    Maintenant nrefaites plus jamais ça.  

 

Ne me regardez pas comme ça, jeune voyageur !  

Le fait est que, sur internet, on est tous responsable des informations qu’on partage. Et on est tous responsables de la propagation de l’information. Traitons l’intox comme on traiterait un virus, car sur plusieurs plans, ils sont pareil.  

Haut rapport de contagion, peu de personnes y sont immunisées, limiter ses contacts limite sa propagation, et le temps qu’on diagnostique la tare, vous aurez déjà contaminé votre maman, votre papa, votre tante Znaykha, et sûrement les 250 000 000 membres de “Corona-Corina-Coloungna« . 

 

Alors faites attention. Et mettez de la distance entre vous  

 

Share your thoughts

Société

Axeman of New Orleans: A Century Old Unsolved Case

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

On March 19, 1919, New Orleans held its biggest party, as every bar, restaurant, club and even house blasted jazz music so loudly that it could be heard from miles away. This may seem as a very joyful night where people danced and enjoyed their lives. Sadly, it was a morbid party, one that they were forced into to stay alive. A party hosted by none other than the serial killer later called « The Axeman Of New Orleans ».From the 23rd of May 1918 to 27th of October 1919, this cold blooded killer terrorised the peace and tranquility of N.O and he was roughly responsible for 12 attacks and 6 murders. What made this case more puzzling was the fact that the killer left no evidence nor led to his identity and the case remains unsolved to this present day.

The axeman or boogeyman only strikes at night , lurking in the shadow, infiltrating his victims’ houses in their sleep. Eerily, he never uses his own weapons, he attacks with what he can find in the household, mainly axes. Thus he became known as the axeman. After finishing his demonic deeds, he leaves the bloody tool in the crime scene.

The crime weapon would be solid evidence nowadays since fingerprinting can easily unmask the murderer, but back in 1918 this procedure was still new and was not considered as standard procedure so it was discarded. The question that comes to mind is why would people in 1918 keep their axes in their houses. Well, as World War I was nearing, people kept axes in their house as a precaution for what may happen. Little did they know that someone with murder tendencies would take advantage of this fact and go on a killing spree.

On the night of May 22nd, 1918, the first victims were Joseph Maggio, an Italian grocery store owner, and his wife Catherine were found dead in their house. The murder scene was quite gruesome as the couple were found in a pool of blood, bashed to death with an axe and their heads nearely severed. Nothing unusual was heard or seen that night and no valuables were taken from the house so theft was discarded as a crime motive. No one suspected it would be the beginning of a gruesome series of murderers. Then, on June 27th, the next attack occurred. The victims were Louis Besumer and Harriet Lowe. Both bashed in the head with an axe and were found unconscious unlike the Maggios. They were both left with major skull fractures but thankfully nothing lethal. But even with the survival of these two key witnesses, the police couldn’t get closer to the identity of the Axeman as Harriet was throwing accusations at Besumer. The closest they ever got to him was on the 10th of August after the Joseph Romano attack. Joseph’s encounter with the axeman alarmed his two nieces who got to the crime scene shortly as the Axeman left but were able to distinguish him and described him as « Tall, heavy set, wearing a dark suit and black slouch hat ». Just like the previous victims, Joseph took a serious blow on his head and died two days after the attack from his severe injuries. At this point, armed men decided to keep watch at night outside while their families slept to ensure their safety while the police tried to get to the bottom of this case.

Then, the killer broke his silence and sent a peculiar letter to the New Orleans press “The Times-Picayune”:

Hell, March 13, 1919

 Esteemed Mortal of New Orleans:

They have never caught me and they never will. They have never seen me, for I am invisible, even as the ether that surrounds your earth. I am not a human being, but a spirit and a demon from the hottest hell. I am what you Orleanians and your foolish police call the Axeman.

Undoubtedly, you Orleanians think of me as the most horrible murderer, which I am, but I could be much worse if I wanted to. If I wished, I could pay a visit to your city every night. At will I could slay thousands of your best citizens (and the worst), for I am in close relationship with the Angel of Death.

….

Now, to be exact, at 12:15 (earthly time) on next Tuesday night, I am going to pass over New Orleans. In my infinite mercy, I am going to make a little proposition to you people. Here it is:

I am very fond of jazz music, and I swear by all the devils in the nether regions that every person shall be spared in whose home a jazz band is in full swing at the time I have just mentioned. If everyone has a jazz band going, well, then, so much the better for you people. One thing is certain and that is that some of your people who do not jazz it out on that specific Tuesday night (if there be any) will get the axe.

Well, as I am cold and crave the warmth of my native Tartarus, and it is about time I leave your earthly home, I will cease my discourse. Hoping that thou wilt publish this, that it may go well with thee, I have been, am and will be the worst spirit that ever existed either in fact or realm of fancy.

–The Axeman

And so, everyone « jazzed it up » and played jazz music all night long and as promised, no one was killed that night.

The killings surprisingly stopped in 1919 and the identity of the killer is still unknown leaving people to speculate about the hand behind these grizzly murders to our present day.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press