Connect with us

À vos plumes

The Theatre of Conquest: Ambition in Art and Anguish

insatpress

Published

on

[simplicity-save-for-later]

Prologue

 

Why do we covet what is not ours?

It is a question that echoes across the annals of human history, spanning continents and epochs, resonating in the footprints of mighty armies and imperious conquerors. Stacking claims and conquering lands is a practice so deeply woven in mankind’s past, that it came to define the very essence of human nature: eternally yearning for more, forever chasing an elusive destiny.

That you are here, tells me that you are interested in the art of conquest. Perhaps you desire to master its nuances, or your arrival was out of pure inquisitiveness. Regardless, we shall delve into the tapestry of motivations, ideologies and constructs behind it.

To do our conundrum justice, we must subject history to a prism, channelling its vast spectrum of colonial narratives, intriguing happenstances and fascinating stories.

Throughout this odyssey, you will witness how this pursuit becomes an engrossing story in its own right.

 

Act One: The Leader

 

Ah, the protagonist of grand narratives, the standard-bearer, eternally embraced by history books and fantasy tales alike. Your ambition, as an eager aspirant of conquest, seeks to claim such a mantle. More often than not, a leader’s legacy stems in essence from their mastery of the art of warfare. Some carved their renown through relentless campaigns spanning vast territories, while others instilled fear in formidable adversaries through their strategic brilliance and military acumen.

Yet, perhaps the realm of colossal battle triumphs remains beyond your grasp. Fret not, for many leaders, devoid of such gargantuan feats, thrived as charismatic visionaries, adept at rousing the masses. Many a great speechmaker has wielded mesmerising oratory prowess to unify a populace shattered in wealth or in spirit, presenting a glimmer of hope amid remnants of resentment and desolation.

Yet, still, if the eloquence to sway eludes you, fear is your unrelenting ally. Let your reign resonate with dread, entwining your name with terror. Let dissent crumble beneath your unwavering resolve, sparing neither foes nor the innocent at the faintest whisper of treason.

Embrace resolute authority, why not fashion your legacy in kind?

Choose wisely, seeker of greatness, for the next act calls to stage the very core of your dominion, your cause, the bedrock upon which rest your aspirations.

 

Act Two: The Cause

 

Doubtless, a conqueror cannot thrive on mere ambition alone. While riches, land, and resources offer allure, they do not constitute a purpose. What beckons is a pursuit far loftier, surpassing the trappings of earthly wealth and possessions.

Perhaps your right to rule is divine, for it is you who has been anointed to herd the masses and shield the realms of mankind. Of course, many a king has claimed a godly right to rule, but they are mere pretenders, surely yours is the sole true monarch of the celestial domains.

Should holy scriptures or the promises of bygone rulers pledge land as rightful recompense for your people’s tribulations, then yours it shall be. Disregard the current inhabitants; they are but a fleeting obstacle in the path of your manifest destiny, to be unceremoniously brushed away by your juggernaut.

However, if religious sanctity fails to justify your noble cause, then surely the annihilation of your rivals shall be a fitting purpose. Should you lack a foe, create a scapegoat; exploit any pretext to your advantage. The art of conquest often thrives on the existence of an enemy, whether it is real or crafted, is but a frivolous matter.

Select your cause, emerging leader, and allow it to chart your course. Yet, be mindful; you shall not traverse this road unaccompanied; the stage eagerly awaits your unwavering companion: your army.

 

Act Three: The Army

 

At the mere mention of « army, » the mind finds it easy to conjure a grand spectacle: legions of warriors adorned in armaments, awe-inspiring war constructs surpassing human imagination, and the tumultuous frenzy of colliding factions.

Your soldiers, mere mindless brutes, should know no loyalty beyond your command. Let them epitomise a chilling ruthlessness, remorselessly traversing any extremes for your victory.

Enforce their blind allegiance, release them upon the world, and witness the havoc they wreak as you play spectator from the sidelines.

Yet, amidst these vivid scenes of destruction, lies but a fraction of the symphony.

As the orchestrator, remember that this ensemble requires not only fighters but also heralds of praise and masters of propaganda. Craft a narrative that romanticises battles and immortalises soldiers. Adorn your campaign with a vibrant standard, weaving a compelling tale. In the theatre of conquest, it matters not who opposes when the world’s bards sing of your glory, guiding hordes of warriors and death machines toward resounding triumph.

And so, amidst the convergence of all elements for your grand campaign, one crucial decision lingers—the selection of your target.

 

Act Four: The Conquered

 

Although your cause may seem just and your army formidable, exercise caution in your choice of conquest. Your foes should ideally be perceived as primitive, incapable of defending themselves beyond mere sticks and stones. Why should they resist? Your might ought to be enough. They possess no entitlement to defend themselves or their way of life, for your mission is to civilise and rescue them from their own miserable, bleak existence.

So, by all means, spare no man, woman or child in your pursuit of a glorious destiny. And if your adversaries dare defend themselves against your overwhelming strength, twist the narrative, paint them as the aggressors, and employ any deceptive tactic to further suppress them. Because, clearly, that’s how righteousness prevails, isn’t it?Destroy homes, places of worship, schools, hospitals, leave no stone unturned as you erase your enemy from the history books. No cultural monument or homage shall remain, none other than the ones you shall erect to commemorate your resounding greatness.

And as you stand, witness to it all, amidst rubble and scorching flame, amidst devastation and sorrow, is it pride you feel at this sight? Or does a haunting shadow of remorse loom large?

 

The Curtain Call

 

Alas, like echoes of history, you too find yourself grappling with the weight of an irreversible toll—a toll exacted by your own misguided ambitions. The tragic realisation arrives belatedly, casting a pall of regret as you witness the irrevocable loss. The hasty pursuit of glory or dominion, once draped in allure, now reveals its harrowing cost. Innocent souls, unwittingly drawn into the fray, find themselves condemned to untimely graves, casualties of a cause that, in hindsight, seems ever more futile. Ancient sites, crown jewels that stood the test of time, stalwart guardians of history’s legacy, are now but bygone vestiges, remnants of a distant past.

As the curtain draws to a close, a deafening silence fills the void where applause should’ve echoed.                  Instead, hushed whispers and echoing cries of lost dreams and shattered hopes reverberate through the solemn air, bearing witness to the tragic consequence of hubris. In the haunting silence that follows, one truth lingers unmistakably clear—no cause, however grand, justifies destruction, and the sacrifice of innocent lives.

 

Written By : Zied Kharrat .

Share your thoughts

Continue Reading

À vos plumes

L’INSAT en deuil, hommage à Samir Hamza

insatpress

Published

on

[simplicity-save-for-later]

By

 En cette période funèbre, nous nous sommes mobilisés pour rendre hommage à une personne exceptionnelle qui nous a quittés trop tôt. Mr. Samir Hamza a touché la vie de tant de personnes,  premièrement les étudiants qui se sont sentis valorisés, soutenus et inspirés par son engagement à contribuer au rayonnement de notre faculté. Partenariats internationaux, soutien aux clubs, journées de fin de promotions, c’est grâce à ses nombreuses initiatives que nous nous sommes vus unis et écoutés, et que nous souhaitons réciproquement lui rendre l’hommage qu’il mérite. 

 

L’INSAT s’est jusqu’ici distinguée non seulement par ses accomplissements académiques, par ses projets de recherche de pointe, mais surtout par des collaborations scientifiques et pédagogiques comme l’implémentation de programmes d’échanges et de doubles diplômes, et des congrès et événements scientifiques tel que le tout premier congrès sur les objets intelligents propulsés par l’IA, et c’est bien grâce à cet homme compétent et dévoué, qui a fait un travail acharné pour rendre tout cela possible, et qui a aussi longuement contribué à l’avancement de chaque étudiant dans son propre parcours de façon directe ou indirecte.

 

Monsieur Samir a fait tant d’efforts pour maximiser les ressources de l’institution. En dépit des moyens financiers limités, il chercha à établir des partenariats stratégiques et des conventions avec des organisations externes pour obtenir du soutien matériel et financier. Sa détermination était telle qu’il n’hésitait pas à investir ses propres fonds lorsque cela était nécessaire pour mener à bien des projets cruciaux pour l’institution.

Chaque amélioration, chaque projet, chaque initiative menée par Monsieur Samir et son équipe visait un seul objectif : faire de l’INSAT un modèle d’excellence, capable de rivaliser avec les meilleures universités au niveau mondial.

 

Pour clore ce sombre chapitre, nous avons pensé qu’un des plus beaux aurevoirs que nous puissions adresser à Mr Samir serait au travers de nos témoignages, une manière d’honorer sa mémoire et sa vie qui nous a entièrement été dédiée. 

 

“Je l’ai connu pour la première fois en préparant le plus grand événement de l’histoire de l’institut, le vingt-cinquième anniversaire de l’INSAT. Il aimait tellement l’INSAT qu’il a réellement planifié une semaine entière d’activités, une multitude d’événements combinant divertissement, reconnaissance et savoir. J’étais impressionnée par son amour et sa dévotion envers l’institut. Il s’est assuré que tout se déroulait comme prévu, garantissant le confort de l’équipe travaillant jour et nuit. Nous avons eu un aperçu de sa personnalité, mature et professionnelle tout en étant amusante. Il ne nous faisait pas sentir inférieures à cause de son autorité ou de la différence d’âge ; il nous traitait équitablement, écoutait attentivement ce que nous avions à dire, et il savait ce qu’il faisait. Il avait tout planifié, chaque étape, et trouvait une solution à chaque fois que nous rencontrions un obstacle.  Il était présent même lorsqu’il n’avait pas besoin de l’être, veillant à ce que nous ayons ce dont nous avions besoin à chaque conférence, congrès et événement, nous aidant lorsque les choses se compliquaient. Il aimait l’INSAT de tout son être, quittait son bureau tard la nuit pour s’assurer que tout était en ordre et privilégiait le bien-être de l’institution avant son propre confort, même lorsqu’il était malade. Après des mois de travail sur des événements, j’ai eu l’opportunité de travailler avec lui en tant que déléguée des étudiants. Au fil des années, j’ai vu des gens qui ne le connaissaient pas le juger sévèrement, et j’aimerais dire à ces personnes que même si chacun a des défauts, Pr. Samir Hamza est un grand homme, le plus grand manager, directeur et leader que l’INSAT ait jamais connu. Il a laissé un héritage à chérir et un front uni qui continuera ce qu’il a commencé.  En assistant à ses funérailles, nous avons vu l’impact qu’il avait sur son entourage et à quel point il était aimé, même par ceux qui ne s’entendaient pas avec lui, ce qui est la preuve de quel grand directeur il était.”, Nada Khiari, déléguée depuis 2020.

 

“ Il nous avait montré par ses gestes et son soutien incessants qu’il tenait aux clubs de notre faculté. Sa motivation pour confirmer la position de l’INSAT comme école d’ingénieur de renommée internationale était source d’inspiration pour tous. Il a été d’un support infaillible à IEEE INSAT : son local, beaucoup de ses équipements… Dès son élection comme Directeur, il s’est beaucoup investi dans les préparatifs du congrès national de robotique NRW, organisé en Septembre 2021. Il répondait également présent dans la majorité des projets de l’Aerobotix, l’ACM, Enactus et j’en passe… En juillet 2021, membre de INSAT Press, j’ai eu le privilège de collaborer de près avec Si Samir dans le cadre d’un documentaire qu’on proposait de réaliser sur l’INSAT. Il répondait par Oui à toutes nos demandes. Pour le vingt-cinquième anniversaire de l’INSAT, il a souhaité reconstituer les archives historiques de notre institut et les montrer au public collectif à cette occasion. Nous avons même réussi grâce à son appui à enregistrer des vidéos aériennes à l’aide de drones, qui resteront comme support promotionnel à l’INSAT. Personne jusqu’ici, n’a réussi à commémorer la mémoire de toutes les histoires passées de cet institut de manière à réunir les fondateurs – Mohamed Amara, Madame Jouda Ben Ayed, …- dans un seul et même lieu, comme dans les années 90. Rendre hommage à l’héritage de ses prédécesseurs, leurs valeurs, leur vision, ainsi que tout ce qu’ils ont contribué à créer et à bâtir au fil du temps, c’était ce qui l’a animé durant sa vie. Il a pris beaucoup de risques pour aboutir à des résultats aussi exceptionnels. On ne se demandait jamais si Si Samir était présent à l’INSAT, on le croisait très souvent avant d’atteindre son bureau, il nous rendait très souvent visite à notre local. Quand nous avons une compétition à préparer, Si Samir passait même à 2H du matin, pour encourager les équipes”, Mohamed Ali Zormati, ancien président IEEE.

 

“Auparavant, le Club INSAT Press n’avait aucun espace pour se réunir. J’ai décidé de discuter de ce sujet avec Mr. Samir, en tant que président du club. C’est alors qu’à ma grande surprise, et avec beaucoup de gentillesse, il nous a octroyé sur-le-champ un local au premier étage. Grâce à son aide, nous avons maintenant un coin personnel où nous retrouver”, Chedly Ben Azizi, alumni INSAT.

 

“Un jour, il nous a surpris en train de procéder au nettoyage du local du club. Après s’être changé, il est revenu nous prêter main forte, s’est mis à nettoyer avec nous les vitres et le sol. Cette initiative nous a surprise, transcendant les barrières hiérarchiques habituelles”, Linda Ghazouani, alumni INSAT.

 

« À un moment où je me sentais vraiment découragé par le fait de devoir repasser la session de contrôle de ma deuxième année de cycle préparatoire, il m’a offert la chance de consulter mes notes. Cette opportunité m’a vraiment redonné espoir et m’a encouragé à persévérer. »Tiba Ouerfelli, étudiante en BIO5.

 

 

Ecrit par : Selima Zghal et Sarra Lasram.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press