Connect with us

À vos plumes

Another Leaf on the Tree

insatpress

Published

on

[simplicity-save-for-later]

He was dragged in chains and he did not struggle as he waited for the guards to lead the way. The face of the prison was almost familiar and the shriek of the rusty door, as it opened to his new home, sounded strangely calm. It was almost comforting as it cut through the cold silence of the empty courtyard. His jailors wore no faces, said no words and the brick walls loomed so tall over the prisoner as if to devour him. 

It could have been worse, he thought walking between chambers framed with crooked crossbars. He peeked through the bars and felt relief that all chambers were empty. He was whole in his solitude and in what others might have seen as hell, he found a place of peace. Looking ahead, he saw an open door waiting, as if it waited for him his entire life. He was drawn to it and when the guards locked the door behind him, he stood with his head held high. 

This is what I deserve, this is what I need, he calmed himself and lay down on his bed, looking around his new home. The red bricks of his chamber were cracked and battered, looking like flames by the moonlight pouring down the small window, and yet they were cold to the touch. A large mirror hung in the middle of the rotting wall and its presence was felt. His eyes averted, for he feared his own reflection. 

The silence that was once soothing started to get heavy on his heart and he started to tap his fingers on the metallic headboard of his small bed, just to hear something that was not his thoughts. He looked for hours at the abyss that was the dark ceiling, and he kept on staring religiously so that he would not err and see the mirror, yet err he did. The darkness overwhelmed him and he sat up with a jolt, begrudgingly looking at it for it was the only thing to see, and the harsh eyes of his reflection shocked him. 

He did not recognize himself in the mirror. The eyes that stared back at him glowed red with malice and it filled him with dread. His image looked like the devil and felt like his own jury, judge and executioner. He felt disgust in his own image and minutes passed by with him enthralled by the man in the mirror, until the lips on his reflection slowly started to move. 

“Do you like what you see?” Said the reflection. 

“If I did I would not be here.” Answered the prisoner, with a mild tone of sarcasm. “Neither do I, to be honest with you.” Said the man in the mirror in a shaming way. 

“And what is it that you want from me?” He questioned in a tone of despair. 

“The world would love it if you stayed here. Frankly, you were born wrong.” Admitted the reflection and the prisoner’s temper rose. 

“And with I, you were born. My defects are yours too. We look the same, think the same and speak the same, and this is a life you must live alongside me.” He answered. 

As the prisoner snapped, his reflection softened. The face on the glass felt more human and his anger started to ebb little by little. For the first time in his life, he started to be at peace with what he saw. He found a friend in himself, which he never found anywhere else and it was more warming than he thought. It was a conversation he never wanted to end. 

“So is it you and I against the world?” Said the reflection. 

“Why should it be a fight?” The man was puzzled as he answered. 

“Well the world never accepted us, why should we accept it?” He asked. 

“Well we never gave it a chance to accept us, did we? The world was there and we never touched it.” Sighed the prisoner. 

“We reached and it backed away in disgust, did it not?” The man in the mirror asked. “No, my friend. It reached for us and we backed away. The disgust was ours and it still is.” He responded in shame. 

“But how can we? We’ll never find someone like us. What’s the point?” The confusion was apparent in the reflection’s voice, and for the first time, the prisoner saw himself and felt compassion. 

“I wouldn’t know, but is it bad if we were so different? We might not be much, but we can be another leaf on the tree.” He responded with heartfelt hope. 

“Alas, we are here and the world is out there.” Said the reflection as it glanced at the small cell window. 

They did not feel it, but they went on for hours. Time flew by and the endless stories they kept away from each other left no room for silence and before they knew it, the sun rose and their horrid cell bloomed and felt vibrant with light. Their heart was closer to peace than ever before and they craved the world. They talked about what they might see, what they might hear and what they might do. The secrets of the world they once rejected were novelties they wish to discover. 

Days went by as their bond strengthened and their hate for each other was a thing of the past. The freedom they once thought so undeserved, now they thought was their right, and so it was. Our prisoner itched to leave and he traced his cell, fidgeting left and right. He yelled for the guards but the guards did not answer. He shook the bars with impatience and he heard a faint clank on the chamber floor. 

The key fell right out of his pocket. He stared at it in total confusion, picked it up and it felt right in his hand. He held the world and the world accepted him, and he was finally whole. As he swung the door open eagerly, colours bloomed around him as his winter gave way to spring. He made his way out of his prison as it crumbled behind him, and finally he was a free man.

 

Written by: « Rib7 ».

Share your thoughts

Continue Reading

À vos plumes

L’INSAT en deuil, hommage à Samir Hamza

insatpress

Published

on

[simplicity-save-for-later]

By

 En cette période funèbre, nous nous sommes mobilisés pour rendre hommage à une personne exceptionnelle qui nous a quittés trop tôt. Mr. Samir Hamza a touché la vie de tant de personnes,  premièrement les étudiants qui se sont sentis valorisés, soutenus et inspirés par son engagement à contribuer au rayonnement de notre faculté. Partenariats internationaux, soutien aux clubs, journées de fin de promotions, c’est grâce à ses nombreuses initiatives que nous nous sommes vus unis et écoutés, et que nous souhaitons réciproquement lui rendre l’hommage qu’il mérite. 

 

L’INSAT s’est jusqu’ici distinguée non seulement par ses accomplissements académiques, par ses projets de recherche de pointe, mais surtout par des collaborations scientifiques et pédagogiques comme l’implémentation de programmes d’échanges et de doubles diplômes, et des congrès et événements scientifiques tel que le tout premier congrès sur les objets intelligents propulsés par l’IA, et c’est bien grâce à cet homme compétent et dévoué, qui a fait un travail acharné pour rendre tout cela possible, et qui a aussi longuement contribué à l’avancement de chaque étudiant dans son propre parcours de façon directe ou indirecte.

 

Monsieur Samir a fait tant d’efforts pour maximiser les ressources de l’institution. En dépit des moyens financiers limités, il chercha à établir des partenariats stratégiques et des conventions avec des organisations externes pour obtenir du soutien matériel et financier. Sa détermination était telle qu’il n’hésitait pas à investir ses propres fonds lorsque cela était nécessaire pour mener à bien des projets cruciaux pour l’institution.

Chaque amélioration, chaque projet, chaque initiative menée par Monsieur Samir et son équipe visait un seul objectif : faire de l’INSAT un modèle d’excellence, capable de rivaliser avec les meilleures universités au niveau mondial.

 

Pour clore ce sombre chapitre, nous avons pensé qu’un des plus beaux aurevoirs que nous puissions adresser à Mr Samir serait au travers de nos témoignages, une manière d’honorer sa mémoire et sa vie qui nous a entièrement été dédiée. 

 

“Je l’ai connu pour la première fois en préparant le plus grand événement de l’histoire de l’institut, le vingt-cinquième anniversaire de l’INSAT. Il aimait tellement l’INSAT qu’il a réellement planifié une semaine entière d’activités, une multitude d’événements combinant divertissement, reconnaissance et savoir. J’étais impressionnée par son amour et sa dévotion envers l’institut. Il s’est assuré que tout se déroulait comme prévu, garantissant le confort de l’équipe travaillant jour et nuit. Nous avons eu un aperçu de sa personnalité, mature et professionnelle tout en étant amusante. Il ne nous faisait pas sentir inférieures à cause de son autorité ou de la différence d’âge ; il nous traitait équitablement, écoutait attentivement ce que nous avions à dire, et il savait ce qu’il faisait. Il avait tout planifié, chaque étape, et trouvait une solution à chaque fois que nous rencontrions un obstacle.  Il était présent même lorsqu’il n’avait pas besoin de l’être, veillant à ce que nous ayons ce dont nous avions besoin à chaque conférence, congrès et événement, nous aidant lorsque les choses se compliquaient. Il aimait l’INSAT de tout son être, quittait son bureau tard la nuit pour s’assurer que tout était en ordre et privilégiait le bien-être de l’institution avant son propre confort, même lorsqu’il était malade. Après des mois de travail sur des événements, j’ai eu l’opportunité de travailler avec lui en tant que déléguée des étudiants. Au fil des années, j’ai vu des gens qui ne le connaissaient pas le juger sévèrement, et j’aimerais dire à ces personnes que même si chacun a des défauts, Pr. Samir Hamza est un grand homme, le plus grand manager, directeur et leader que l’INSAT ait jamais connu. Il a laissé un héritage à chérir et un front uni qui continuera ce qu’il a commencé.  En assistant à ses funérailles, nous avons vu l’impact qu’il avait sur son entourage et à quel point il était aimé, même par ceux qui ne s’entendaient pas avec lui, ce qui est la preuve de quel grand directeur il était.”, Nada Khiari, déléguée depuis 2020.

 

“ Il nous avait montré par ses gestes et son soutien incessants qu’il tenait aux clubs de notre faculté. Sa motivation pour confirmer la position de l’INSAT comme école d’ingénieur de renommée internationale était source d’inspiration pour tous. Il a été d’un support infaillible à IEEE INSAT : son local, beaucoup de ses équipements… Dès son élection comme Directeur, il s’est beaucoup investi dans les préparatifs du congrès national de robotique NRW, organisé en Septembre 2021. Il répondait également présent dans la majorité des projets de l’Aerobotix, l’ACM, Enactus et j’en passe… En juillet 2021, membre de INSAT Press, j’ai eu le privilège de collaborer de près avec Si Samir dans le cadre d’un documentaire qu’on proposait de réaliser sur l’INSAT. Il répondait par Oui à toutes nos demandes. Pour le vingt-cinquième anniversaire de l’INSAT, il a souhaité reconstituer les archives historiques de notre institut et les montrer au public collectif à cette occasion. Nous avons même réussi grâce à son appui à enregistrer des vidéos aériennes à l’aide de drones, qui resteront comme support promotionnel à l’INSAT. Personne jusqu’ici, n’a réussi à commémorer la mémoire de toutes les histoires passées de cet institut de manière à réunir les fondateurs – Mohamed Amara, Madame Jouda Ben Ayed, …- dans un seul et même lieu, comme dans les années 90. Rendre hommage à l’héritage de ses prédécesseurs, leurs valeurs, leur vision, ainsi que tout ce qu’ils ont contribué à créer et à bâtir au fil du temps, c’était ce qui l’a animé durant sa vie. Il a pris beaucoup de risques pour aboutir à des résultats aussi exceptionnels. On ne se demandait jamais si Si Samir était présent à l’INSAT, on le croisait très souvent avant d’atteindre son bureau, il nous rendait très souvent visite à notre local. Quand nous avons une compétition à préparer, Si Samir passait même à 2H du matin, pour encourager les équipes”, Mohamed Ali Zormati, ancien président IEEE.

 

“Auparavant, le Club INSAT Press n’avait aucun espace pour se réunir. J’ai décidé de discuter de ce sujet avec Mr. Samir, en tant que président du club. C’est alors qu’à ma grande surprise, et avec beaucoup de gentillesse, il nous a octroyé sur-le-champ un local au premier étage. Grâce à son aide, nous avons maintenant un coin personnel où nous retrouver”, Chedly Ben Azizi, alumni INSAT.

 

“Un jour, il nous a surpris en train de procéder au nettoyage du local du club. Après s’être changé, il est revenu nous prêter main forte, s’est mis à nettoyer avec nous les vitres et le sol. Cette initiative nous a surprise, transcendant les barrières hiérarchiques habituelles”, Linda Ghazouani, alumni INSAT.

 

« À un moment où je me sentais vraiment découragé par le fait de devoir repasser la session de contrôle de ma deuxième année de cycle préparatoire, il m’a offert la chance de consulter mes notes. Cette opportunité m’a vraiment redonné espoir et m’a encouragé à persévérer. »Tiba Ouerfelli, étudiante en BIO5.

 

 

Ecrit par : Selima Zghal et Sarra Lasram.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press