Connect with us

Actualités

Ecology is the new cool: UN’s #BeatPlasticPollution Internet Challenge

Published

on

On June the 5th, the world celebrates Environment Day; a date set by the United Nations 43 years ago to raise awareness about the importance of protecting the environment.

Back to 1972, the first campaign had the goal of highlighting ecological issues from marine pollution and global warming to wildlife crime and sustainable consumption.

Over the years, the World Environment Day (WED) was under various themes to finally come up this year with a global challenge to #BeatPlasticPollution.

What is it ?

The UN believes that plastic pollution became epidemic. Every year we throw away enough plastic to circle the earth 4 times, according to UN reports.

For that, it’s urging us to reduce the excessive use of plastic as much of it ends up in the oceans killing the marine life, thus threatening human health.

For the good of our planet, the challenge requires breaking up with the one single-use plastic product (plastic drinking bottles, plastic cutlery and straws, plastic bags …) and substituting it with a reusable or sustainable alternative.

How does it work ?  

Participants are asked to announce their involvement on social media by sharing a photo or a video of the the plastic product they will be giving up, mentioning the @UNenvironment and tagging three people, not forgetting the hashtag #BeatPlasticPollution to help spread the message withing 24 hours.

Celebrities and environmentalists are taking part in this action.

Why wouldn’t you?

For some inspiration, check out the UN’s tips:

Or join the « TAG! You’re IT » frenzy! It’s for a good cause.

#BeatPlasticPollution

#WorldEnvironmentDay

 

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
12

Share your thoughts

Future Engineer Book Lover Movie&Series Addict Biginner Debater Aeronautic Girl

Actualités

Bras de fer ministère et syndicat : les étudiants lancent un appel d’urgence

Published

on

By

Qui dit Juin, dit la période estivale, la période des stages, les vacances, ou même la recherche des emplois, dit la clôture d’une année universitaire. Mais cette année c’est un peu spécial.

En effet, une majorité des étudiants Tunisiens vivent dans l’inconnu. Ils n’ont ni passé tous leurs examens, ni eu de résultats. Et ce, en raison des grèves qu’organise l’Union des universitaires chercheurs tunisiens (Ijaba) depuis quelques mois déjà. Les professeurs chercheurs croient dur comme fer en leur droit et n’ont pas baissé les bras.
Ils ont maintenu la grève et ont rejeté toutes les propositions du gouvernement.

Ce dernier, en contrepartie, a commencé le 15 Juin 2019 à accélérer les négociations, en vue de concrétiser les demandes des grévistes et tout remettre en ordre.
On cite la fixation d’un calendrier pour la finalisation de chaque proposition en s’engageant à publier ces textes au Jort entre Août et Septembre, ainsi qu’un apport de modifications structurelles au niveau du recrutement et de la promotion des professeurs.

Stressés à cause d’une délibération qui n’a pas été faite et des matiéres qui n’ont pas été passées, les étudiants se sentent perdus dans tous ces affrontements entre le syndicat et le ministère, chose qui les a poussés à bouger. Les étudiants veulent à tout prix réussir leur année universitaire et poursuivre leurs chemins. Ils sont entrain de réagir et essaient de trouver des compromis pour atteindre leur objectif.

Ceci est un appel d’urgence qui concerne tous les étudiants de l’INSAT et n’importe quelle université qui souffre du même problème. Une réunion s’est tenue, aujourd’hui le 14 Juin 2019, avec Mr Mehdi responsable de la scolarité de l’INSAT nous affirmant qu’il ne s’agit nullement de la charge de l’administration et que sitôt les sujets des examens seront donnés, le conseil scientifique se chargera de fixer une date pour pouvoir passer les 27 matières restantes. Il s’agit donc d’une situation critique où tous les étudiants sont bloqués. Leurs stages, leurs entretiens d’embauche, leurs vacances sont pris en otage par cette grève qui commence à ne plus avoir de sens. Et chaque jour de grève nous sépare les uns des autres. Il est, maintenant, plus que temps de s’unir et passer à l’action pour défendre des droits risquant de s’oublier. On doit agir dans les plus brefs délais, parce qu’on est resté un peu trop les bras ballants. Finalement, on a des mots à dire, donc – s’il vous plait – merci de faire parler la majorité silencieuse sans pour autant avoir pignon sur roue. #سيب_الدفوار #نستناو_في_اجابة

En lançant cet appel d’urgence sur le réseau social Facebook et sous le slogan « #Sayeb E Devoir #Nestanew_Fi_Ijeba », ces étudiants ont protesté à leur maniére afin qu’on les prenne en considération et qu’on soit conscient de la gravité de la situation qu’ils sont entrain de vivre.

 

 

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
18

Share your thoughts

Continue Reading
0