Connect with us

Culture

Book Review : L’œuvre de Dieu, la part du diable

Hayfa TRIKI

Published

on

Nous sommes dans les États-Unis de la première moitié du vingtième  siècle, au fin fond de l’état du Maine. A Saint Cloud’s –  ancienne ville d’industrie du bois, de misère et de débauche – se trouve l’orphelinat  du même nom dirigé par le docteur Wilbur Larch. Officiellement, sa fonction est d’accoucher les femmes qui ne veulent pas garder leurs bébés, s’occuper de ces enfants non désirés et leur trouver des familles d’accueil. Officieusement, il pratique également des avortements, à une époque où c’était était encore illégal et controversé, offrant ainsi aux femmes une alternative sûre aux manipulations barbares des charlatans  avorteurs. A ceux qui le critiquent, il répond toujours qu’il offre aux femmes le choix : « un orphelin ou un avortement ».

Selon le docteur : « Ici à Saint Cloud’s, nous n’avons qu’un seul problème. Il se nomme Homer Wells. Nous sommes parvenus à faire de l’orphelinat son foyer, et c’est cela le problème » .  Après 4 tentatives ratées d’adoption, l’enfant déclare au docteur qu’il se sent chez lui à l’orphelinat et qu’il veut se rendre utile. Larch accepte et lui confie des tâches de plus en plus importantes. Leur affection l’un pour l’autre devient elle aussi de plus en plus puissante. Il va même lui enseigner l’œuvre de Dieu et l’œuvre du Diable.

La vie d’Homer aurait pu se résumer à assister dans les activités de l’orphelinat, ressasser l’anatomie de Gray, apprendre et pratiquer les procédures obstétriques. Toutefois, à vingt ans, il se trouve embarqué dans la production des pommes, sur une ville côtière du Maine, à 3 heures de Saint Clouds. C’est le docteur Larch, qui malgré la peine qui sévit dans son cœur de père, l’encourage à saisir l’opportunité de partir et enfin découvrir un autre monde que celui qui l’a vu grandir. Se dévoilent alors à lui l’océan (Larch a toujours souhaité que son protégé découvre l’océan), la bienfaisance, l’amitié, l’amour, le désir, le mal, les remords… le monde des adultes.

C’est ainsi que John Irving, l’auteur de « l’œuvre de Dieu,  la part du diable »  tisse sa trame sur fonds d’obstétriques et de culture de pommes. Il nous plonge avec ses personnages dans les méandres de l’amour, les angoisses des orphelins et les appréhensions de la deuxième guerre mondiale.

Il trace les traits des protagonistes avec beaucoup de justesse, dans les dialogues et les actions. Il attribut à certains d’ailleurs des répliques récurrents et caractéristiques. Le D’accord systématique d’Homer quand il n’a rien à répondre. L’attendre voir de Candy qui ne veut pas prendre de décisions et faire des choix (traduit de l’anglais : « Wait and See »). Quant à l’excentrique docteur, il commence toujours les notes dans son journal par « Ici à Saint Cloud’s ». Toutefois, quand il veut souligner le caractère isolé, rudimentaire et atypique de la vie dans l’orphelinat, il recourt à « Dans d’autres parties du monde ».  Le lecteur s’attache rapidement à ces trois là et à tous les autres personnages avec leurs humours, amours, dilemmes, fureurs, craintes et espoirs.

Notes sur l’auteur et sur le livre  :

  • « L’oeuvre de Dieu la part du Diable » est le sixième ouvrage de John Irving. Adapté au cinéma en 2000, il lui a valu un Oscar du Cinéma pour le scénario.
  • Ce livre contient d’innombrables références médicales que l’auteur a puisé de son grand père, « diplômé de l’école de médecine de Harvard en 1910, où il a enseigné l’obstétrique pendant plusieurs années ».
  • Le titre original en anglais est  » The Cider House Rules « , à cause d’une liste de règles accrochée chaque année dans la cidrerie à l’intention les saisonniers et qui n’est jamais , ni lue, ni respectée.
Hayfa TRIKI

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Share your thoughts

Culture

Review | Que vaut le premier épisode de la saison finale de Game of Thrones?

Published

on

Nul ne peut nier le succès qu’a eu le premier épisode de la huitième (et -malheureusement- dernière) saison de Game of Thrones. En effet, le streaming live de “Winterfell” a battu tous les records avec une audience de 17.4 millions de fans partout dans le monde.

 

L’épisode valait-il la peine d’une attente dépassant un an et demi?

Dès les premières notes de musique, on était surpris par un tout nouveau générique où tout était couvert de neige. C’était peut être la manière des réalisateurs de nous assurer que “ winter is here ”.

Certains exprimaient leur insatisfaction avec l’épisode disant qu’il était pauvre en imprévus. D’autres croient que cet épisode était nécessaire pour former le lien entre la saison précédente et celle-ci et mettre les points sur les i.

 

En effet, il a été marqué, en premier lieu, par des réunions tant attendues, notamment celle d’Arya Stark et de Jon Snow qui ont été séparés dès la première saison. Une rencontre riche en émotions!

En deuxième lieu, Jon Snow a finalement appris l’histoire derrière sa mère biologique. En fait, la finale de la saison 7 a été marquée par la vision de Bran (ou plutôt du Three Eyed Raven) qui a découvert que Jon Snow est en réalité Aegon Targaryen, fils de Rhaegar Targaryen et de Lyanna Stark, faisant de lui l’héritier légitime du trône de fer.

Cette nouvelle a mis Jon, ou disons plutôt Aegon, dans un état de choc et de déni, refusant de trahir sa reine, Daenerys Targaryen.

 

Et ce n’est pas le seul problème que Jon a rencontré. Dès son arrivé à Winterfell avec Daenerys Targaryen, son armée et ses dragons, Jon a été accueilli avec la colère du Nord, refusant sa soumission à Daenerys. Cette colère est probablement due au refus du Nord aux étrangers et surtout après avoir nommé Jon comme  » King in the north « .

 

Entre-temps, The Night King a continué son avancement avec son armée au sud du mur et a marqué son passage par Last Hearth par son symbole habituel, créé cette fois par le corps mort de Ned Umber, le dirigeant de ce château.

L’épisode eut une fin épique, mettant en scène la réunion de Bran Stark avec Jaime Lannister. Ce dernier s’est trouvé dans une situation choquante et je dirai même embarrassante vu son dernier contact avec Bran.

 

Qu’attend-on du deuxième épisode?

Le preview du deuxième épisode nous étanche la soif par un événement tant attendu; le premier combat entre les White Walkers et les vivants au sud du mur! Ceci paraît prometteur!

 

Plusieurs questions restent sans réponses. Quelle est la signification du symbole créé par les White Walkers? Est-il vraiment lié au sigle Targaryen? Jon dira-t-il la vérité sur son origine à Daenerys Targaryen avant la fin de la guerre? Que sera sa réaction? Qui finira sur le trône de fer? (mais bon, il est trop tôt pour se poser cette question)

 

Le deuxième épisode sera diffusé ce soir à 2h (UTC+1). Espérons qu’il aura les réponses à nos questions!

 

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Share your thoughts

Continue Reading
0