Connect with us

Events

Rencontre INSA-INSAT

insatpress

Published

on

[simplicity-save-for-later]

Le samedi 9 octobre, dans l’enceinte de l’auditorium, un évènement a rassemblé le groupe INSA et l’INSAT, durant lequel diverses discussions sur les modèles de partenariats et d’échange entre les deux partis ont été mises en exergue.

L’évènement a débuté par une présentation du groupe INSA et de ses filiales, en particulier celle de l’INSA Lyon. Moultes spécialités d’ingénierie sont proposées par le groupe INSA notamment celles concernant l’automatique et les systèmes embarqués, le génie biologique , la chimie ainsi que tous les procédés qui lui sont reliés, sans mentionner toutes les spécialités qui se rapportent au domaine informatique tels que la sécurité, les systèmes d’informations… et la liste est intarissable.

Plusieurs points ont été évoqués lors de cette fructueuse session, dont la finalisation d’une convention permettant aux insatiens de profiter des laboratoires du groupe INSA et des industries partenaires, dans le cadre d’un stage de fin d’année. En effet, grâce à la plateforme INSAVALOR, intermédiaire entre entreprises et laboratoires de l’INSA Lyon, nos étudiants en 5ème année auront désormais l’opportunité de partir en France et de profiter d’un ensemble de formations exemplaires, continues et professionnalisantes pour effectuer leurs stages de fin d’année. Au-delà de cet avantage professionnel, cette expérience unique participe à un enrichissement personnel dans le domaine social, à travers un apprentissage direct des mœurs et coutumes étrangères.

Un premier échange a déjà été prévu; deux étudiants en 5ème année en instrumentation et maintenance industrielle (IMI) ont été élus pour effectuer un stage dans les laboratoires INSA, et pourront, à la fois, profiter d’un encadrement serré de la part des enseignants de l’INSA et d’un matériel à la pointe de la technologie.

Dans ce contexte, Madame Nadra Bohli, membre du conseil scientifique et maître assistant en génie industriel, a eu la bienveillance de nous donner plus de détails concernant ce programme d’échange :

Quels sont les critères de sélection pour l’obtention de cette opportunité?

Plusieurs critères de sélection ont été pris en compte: les deux étudiants en dernière année sont effectivement majeurs de leurs promotions, affectés au rang de 1er et 2ème année IMI. La motivation de ces derniers a aussi joué un rôle déterminant quant à leur sélection, ils ont dû passer par un entretien effectué par des représentants du groupe INSA, suite auquel ils ont été officiellement acceptés au sein de l’INSA. 

 

Quelle démarche a été suivie pour procéder à l’échange ?

Tout d’abord, les professeurs responsables de la procédure ont contacté les deux étudiants et leur ont proposé un PFE de recherche dans les laboratoires INSA, suite à quoi, ils ont accepté. Leurs CV ont alors été envoyés au pôle français et ont été appréciés par ses membres.

Pourquoi les étudiants ont été sélectionnés de la filière IMI ?

Le stage en question est orienté vers le secteur de la maintenance industrielle, c’est pourquoi des compétences en IMI sont requises. En effet, lors de ce stage les étudiants vont travailler dans des laboratoires dans lesquels ils vont manier diverses technologies en plus de manipuler des matériaux.

Quand faut-il déposer les dossiers de candidature ? 

Ils doivent être déposés en juin de l’année n-1. 

Comment le partenariat avec les laboratoires INSA a été établi ?

L’unité de recherche de l’INSAT a signé une convention spécifique avec le laboratoire Ampère de l’INSA. Après une longue discussion au sujet des types de projets qui peuvent être entrepris, un cadre légal a été établi entre les deux partis. Ce sont les professeurs de l’INSAT qui ont facilité le contact avec le laboratoire de recherche de l’INSA. 

De même, un potentiel accord traitant en l’occurrence de la possibilité d’acquisition d’un double diplôme. L’étudiant qui bénéficie de cette opportunité obtient non seulement un diplôme d’ingénieur INSA, mais aussi un diplôme provenant de l’INSAT. 

Par ailleurs, une foire aux questions a été ouverte, laissant place à une multitude d’interrogations de la part de notre auditoire : Quels sont les types  de bourses offertes ? Combien d’entre elles peuvent être attribuées à nos étudiants ?

Il s’agit de bourses de haut niveau offertes dans les limites d’une double diplomation ou d’un séjour scientifique à l’étranger dans le cadre de la réalisation d’une thèse ou de recherches post-doctorales. Cette année, une dizaine de bourses d’alternance ont été envisagées, déléguées en fonction du score de l’étudiant sur l’ensemble des années du cycle ingénieur. Les insatiens devront soumettre leur candidature à l’école pour rejoindre la sélection. 

D’autre part, une intervention soigneusement entreprise par Madame Salma Dammak, la vice-présidente de l’université de Carthage(UC), a laissé part à un partage du programme, portant entre autres sur le sujet de l’étudiant entrepreneur.  

Depuis 2012, des projets, créés par l’Université de Carthage, ont illustré ce titre d’étudiant entrepreneur tels que le projet Saleem.

L’UC accorde le titre d’étudiant entrepreneur en affectant aux étudiants différents statuts selon l’avancement de leurs projets : ceux ayant songé à une idée de projet sont promus au titre d’initiateur, ceux dont le projet est en cours de développement sont promus au titre d’innovateur et ceux qui ont déjà créé leurs propres entreprises sont promus au titre de Promoteur. 

L’université les accompagne également tout au long de leur expérience entrepreneuriale en leur procurant des espaces de co-working, des formations et des ateliers dédiés exclusivement à l’entrepreneuriat étudiant. Les étudiants bénéficiant de ce titre ont accès à plusieurs avantages comme la flexibilité de l’emploi du temps, en étant dispensés de quelques matières à l’exemple de la comptabilité. Cette décision a eu lieu après la délibération du conseil scientifique et du comité pédagogique tout en variant selon le cas de l’étudiant.

On compte aujourd’hui treize étudiants insatiens ayant été sélectionnés au statut d’étudiant entrepreneur.  Ils doivent, néanmoins, obéir à des engagements cités dans la charte de l’étudiant entrepreneur et signer un contrat pédagogique qui assure la reconnaissance des avantages et le respect des obligations. Les étudiants se voient affecter un mentor qui encadrera leurs activités tout au long de leur parcours académique.

En outre, l’université a organisé un concours intitulé Innov’Startup 1.0  qui regroupe 106 projets et 212 étudiants. Ces derniers sont entrés en compétition pour remporter le prix final, récompense qui n’a été attribuée qu’aux dix meilleurs.

L’appel à candidature a débuté en décembre 2020 et la sélection finale a eu lieu le 14 octobre 2021. 

 L’évènement a été clôturé par quelques suggestions au sujet d’une potentielle rencontre entre les étudiants de l’INSA et de l’INSAT, à l’instar d’une journée internationale dédiée à la robotique.

 

Écrit par : Selima Zghal et Ibtihej Bouchoucha.

 

 

Share your thoughts

Continue Reading

Events

Le forum: un guide professionnel vers une carrière assurée

insatpress

Published

on

[simplicity-save-for-later]

By

Le 16 novembre 2022, un événement tant attendu a eu lieu à L’INSAT. Le Forum de INSAT Junior entreprise, un évènement unique en son genre et considéré comme l’un des plus importants aux yeux des étudiants. En effet ce forum représente pour ces derniers une opportunité qui leur permettra de donner le coup de sifflet du départ de leurs carrières professionnelles. Durant cet événement, ils auront la possibilité de créer et de développer plusieurs réseaux de relations professionnelles. 

 

En effet, lors du JOB FAIR qui s’est déroulé de 8h à 14h, le hall de l’INSAT a vu défiler une panoplie d’entreprises spécialisées dans une variété de domaines. Ces dernières ont apporté des opportunités exceptionnelles pour des étudiants dont l’innovation et la créativité font partie intégrante de leur profil. Elles mettent notamment des « PFE BOOK » à la disposition de jeunes à la recherche de stages de fin d’étude.

 

Plus d’une trentaine d’entreprises possédant des spécialités dans divers domaines ont marqué leur présence à cet événement, à l’instar de: 

 

-KPMG et Mantu dans le domaine de la business intelligence et du développement.

 

-EY, Spark-It et Elyadata dans le domaine du consulting.

 

-Iliade dans le secteur de l’énergie et de l’eau.

 

-Telnet dans le secteur de l’IoT et de l’industrie.

 

-Orange, One tech bs et adactim dans le domaine de la cyber sécurité et des solutions IT.

 

Il est important de signaler que les PFE BOOK de toutes ces entreprises sont disponibles sur leurs pages LinkedIn. Pour avoir plus d’informations sur leurs processus d’embauche, il est possible de visiter leurs sites internet.

 

Parallèlement avec le JOB FAIR, plusieurs formations ont eu lieu tout au long de la journée. 

Commençons par la formation en « Pitching », présentée par Madame Asma Selmi, gagnante du premier prix d’un public tunisien Concours de coaching d’expression orale.

Durant cette formation, plusieurs points importants sur le pitching ont été mis en valeur :

 Savez-vous que le Pitching est basé essentiellement sur la communication et l’art oratoire. La communication verbale, qui 

représente 7% des formes de communication générales, est constituée par les idées, les arguments et les mots utilisés. Celle qui est non verbale est, quant à elle, chiffrée à 93%. Elle est constituée par le ton de la voix, l’expression du visage et le langage corporel. Il faut ainsi souligner que la capacité de contrôler le récepteur relève de talents liés à la communication non verbale, dont celui de retransmettre un signal auditif reçu par autrui.    

 

Une deuxième formation nommée « Career Development », animée par Mr Ayssar AL Shihabi, in union legacy consulting.

Vous souhaitez construire une belle carrière professionnelle ? Alors suivez ces instructions : 

– Maîtrisez de nouvelles langues et n’hésitez pas à les mettre en avant dans votre CV qui doit être le plus simple possible.

– Posez-vous ces trois questions avant de déposer votre candidature : 

– De quoi pourrais-je parler toute la journée sans me lasser ?

– En quoi suis-je bon et en quoi puis-je faire de ces qualités une distinction par rapport aux autres?

– Que serais-je si l’argent n’avait pas d’importance ?

D’autre part, cette formation s’est portée sur les critères de création d’une entreprise, que sont la location, le domaine d’activité, la taille, le « work-life balance » et l’argent …

 

La troisième formation, présentée par Madame Fatma Marzouk, a quant à elle abouti à une  correction des CVs.  Dans votre CV, vous devez inclure tout ce que vous avez acquis durant votre expérience en tant que junior. Vous ne devez ni mettre de logos, ni d’adresse, vu la présence de logiciels de tri de CVs dans les entreprises, tels que le RANKING qui peut entraîner votre élimination selon votre adresse. Par conséquent, votre CV sera archivé.

« to recruit someone is to add to the enterprise’s culture »,  a-t-on rajouté vers la fin. 

 

La formation work-life balance, initiée par monsieur Amine Said, ingénieur et actuellement docteur en sciences de l’éducation, a été présentée d’une manière claire et très intéressante, principalement une improvisation basée sur les questions des personnes présentes.

Nous y avons appris que se comprendre soi-même et comprendre ce que l’on aime vraiment est le premier pas vers une vie heureuse.

Nous y avons aussi découvert que tout problème et toute difficulté dans la vie doivent être affrontés en expérimentant et non en réfléchissant trop. « What you resist persists ».

Ainsi on ne peut pas apprendre à nager en regardant seulement. Il faut se lancer dans l’aventure et essayer pour aller de l’avant.

C’est ainsi que l’on construit une mentalité positive et qui nous permettra de donner le meilleur de nous-même.

 

Une formation de simulation d’entretien a aussi eu lieu, animée par Madame Imen Bouslama, DRH du groupe Telnet et Monsieur Moataz Sifaoui, coordinateur marketing du groupe Telnet. L’objectif du workshop est de familiariser les étudiants au passage à un entretien d’embauche, leur apprendre les bonnes pratiques pour passer un bon entretien, et les conseiller sur les fautes à ne pas commettre et les comportements à éviter.

Dans ce cadre, plusieurs simulations d’entretien ont  été organisées, au cours desquelles Mme Imen a joué le rôle de recruteurs de différentes personnalités (gentil,  intimidant, neutre…)

A travers les questions et les simulations, Mme Imen a transmis son savoir, ses conseils et ses différentes astuces aux participants pour réussir son entretien.

 

La formation “Community and leadership”, animée par Aymen Ben OTHMAN, Coach consultant en développement et leadership, vise quant à elle à comprendre les concepts de Community et leadership.

Mr Aymen a lancé une discussion autour du concept de leader, sa définition et ses différentes qualités à travers différentes situations.

Suite à cela, il a procédé à la démonstration de l’importance de la confiance et de la responsabilité chez un leader. Mr Aymen a interrogé les participants sur les qualités d’un leader selon eux. A l’issue de cette discussion, il a mis l’accent sur les faits suivants :

1- Il existe différents types de leader.

2- Il existe des qualités indispensables (charismatique, persuasif, visionnaire) pour être un leader. Elles peuvent être acquises par la pratique.

 

Enfin, la formation en “self-branding”, présentée par Yasmine Aissa s’intéresse à l’image de marque et est principalement basée sur l’idée d’identité.

L’image de marque va directement vers vos émotions par l’image, la culture et l’identité, elle parle à votre inconscient (exemple de la campagne de marque de Coca-Cola).

L’image de marque personnelle commence par la compréhension de soi et l’exploitation de ses atouts.

L’atelier a été suivi d’un exposé sur Elon Musk, Mark Zuckerberg et Steve Jobs et sur la façon dont ils ont créé leur image de marque.

Pour conclure ce workshop, une expérience sociale a été réalisée, consistant à prendre deux personnes qui ne se connaissent pas et à les présenter l’une à l’autre uniquement sur la base du premier regard et d’une première impression pour expliquer l’idée de l’image de marque.

 

Puis commence le tant attendu hackathon qui s’est déroulé de 14h à 17h, où les étudiants ont eu l’opportunité de présenter leurs projets innovants dans le domaine de la RSE devant un jury professionnel, composé de représentants d’entreprises présentes à l’événement.

 

La première équipe YA SATAR composée de Roua Mkadmi, Yassine Belkhadem, Amira Bedoui et Chaima Aouichi a ouvert la compétition avec son projet « IMPACT », une solution basée sur la blockchain permettant aux employés de proposer des changements de manière rapide, sûre et transparente pour améliorer l’environnement de travail et participer au développement de l’entreprise, avec un système de jetons et de votes qui permettra d’adopter les idées les plus brillantes et de récompenser les employés qui les ont proposés. Leur speech fut clôturé par cette phrase qui nous a marquée, “ With IMPACT, lean in, speak out, vote ”.

 

Avant de nous donner le temps de nous remettre de cet excellent discours, la deuxième équipe 5 ZEROS formée par Baha Bouali et Fedi Koubaa est montée sur scène. Ayant remarqué que certaines entreprises gaspillent une grande quantité de matériaux que d’autres entreprises cherchent à recycler, ils nous ont proposé leur application « RECYCLI » grâce à laquelle chaque entreprise peut poster et/ou rechercher des offres, garantissant ainsi une consommation et une production responsables.

 

Faisons maintenant place à la troisième équipe LAST SHOT composée de Med Aziz Bouaouina, Mouheb Ben Cheikh, Ramzi Latrous et Med Fares Landolsi. Ces derniers s’intéressent aux dons et proposent une solution au manque de confiance et de motivation des donateurs, causé par le manque de transparence. Leur application « DONEX » basée sur l’IA et la blockchain permet la traçabilité des dons en permettant de choisir vers qui diriger ses dons et pouvoir les suivre. Ils ont même pensé à offrir des NFTs aux meilleurs donneurs afin de les encourager.

 

Vient ensuite « CHRIKI », une solution web et mobile proposée par Anas Cherni, Omar Jabloun et Habib Sellami, qui s’attaque au problème des ambulances face au trafic tunisien. Elle utilise pour cela le cloud et l’IOT pour permettre le contrôle du trafic à distance. On parle ici d’une solution capable de sauver d’innombrables vies !

 

Après une pause artistique qui nous a donné l’occasion de nous évader grâce au son envoûtant du violon, nous voilà de retour avec l’équipe IEEE RAS INSAT SB où Ahmed Marnissi, Ahmed Barnat, Achref Gazzah et Oussema Jelassi nous ont présenté leur projet « GREENER » qui s’attaque au problème de la pollution, en proposant un produit utilisant l’IOT, l’IA et le cloud. Celui-ci fait la distinction entre les différents matériaux et n’ouvre les poubelles que pour le bon matériau (plastique, verre ou papier).

Caractérisé par son faible coût, la facilité de son installation et son adaptabilité à tous les types de poubelles, il emploie le concept de gamification (faire en sorte que les écoles ou les entreprises reçoivent des récompenses en fonction des points qu’elles ont accumulés) pour encourager à mettre les déchets dans les poubelles adéquates.

 

Nous enchainons ensuite avec l’équipe « RASkolnikov » composée de Sarah Briki, Alaeddine Fattouch, Med Amine Hamdouni et Amine Gharbi et leur application Integreat alimentée par l’IA qui permet non seulement de détecter les biais à l’embauche mais aussi d’améliorer la stratégie de recrutement de l’entreprise. Elle propose des services dédiés à la détection des biais dans l’historique de recrutement d’une entreprise grâce au Machine Learning, ainsi que la recommandation de profils de candidats qui sont peut-être passés inaperçus ou injustement négligés par les recruteurs.

 

Puis vint le tour de « ElGandouz0 » composée de Rania Zmiti, Chaima Krifa, Mahmoud Chiboub et Louay Oudi avec Empact, une plateforme qui réunit des entreprises et des organisations non gouvernementales grâce à l’IA. Elle permet d’aider les ONG à trouver des volontaires et d’encourager les employés à participer davantage (chaque participation leur rapporte des points qui peuvent être convertis en avantages matériels).

 

Enfin, nous clôturons en beauté l’événement avec l’équipe Cactuset, composée de Youssef Achouri, Ahmed Bhouri, Lina Bousbih et Ahmed Ben Aissa et leur projet « ClaSSeco » qui remédie au problème de l’abandon scolaire grâce à une application mobile qui détecte les élèves les plus susceptibles à l’abandon, à travers un algorithme qui se base sur le nombre d’absences. Cette alternative permet de corriger le plus efficacement possible ce problème qui touche de plus en plus nos écoles.

 

Après concertation du jury, l’équipe RAS INSAT, grâce à son projet Greener, a remporté la compétition et le fameux prix de 3000 dinars ! 

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press