Connect with us

Actualités

L’IVG, délivrée ?

Sandra Mourali

Published

on

[simplicity-save-for-later]

L’avortement est une pratique ancienne et universelle dont la libéralisation est une polémique qui coule d’encre. Certains pays autorisent l’IVG, d’autres peuvent la restreindre à certaines conditions, ou même, la réfuter catégoriquement.

Aujourd’hui, nous venons d’apprendre que l’Argentine, deux ans après un premier refus des parlementaires, adopte le texte autorisant l’IVG, le mercredi 30 décembre 2020. Enfin une bonne nouvelle pour clore cette merveilleuse année.
En effet, avant cette libéralisation, l’avortement n’était permis qu’en cas de viol ou si l’embryon avait mis la vie de sa mère en péril. Alors qu’est-ce qui a poussé les sénateurs argentins à y consentir ?

Certaines sociétés, qui reposent sur l’inégalitarisme des rapports de genre hors mariage et la conception sommaire de la maternité, stigmatisent la pratique de l’avortement, la rendant de plus en plus clandestine.

Malgré les conséquences désastreuses et les complications possibles en matière de santé reproductive, chaque année entre 370 000 et 520 000 femmes argentines s’obstinent et risquent leur vie en mettant un terme à leur grossesse.

Ainsi, l’interpellation des acteurs de santé argentins n’est pas gratuite.
Bon gré mal gré, la pratique illégale de l’avortement est reconnue comme une cause importante de morbidité et de mortalité maternelle, ce qui la rend un problème crucial de santé publique dans les pays qui minimisent l’importance de ses décès.
Sachant que la mortalité est presque nulle dans les pays où l’IVG est légale, il est beau temps d’y consentir, dans le cas échéant, les femmes argentines disparaîtront pour de bon de la planète terre !

Subséquemment, l’Argentine, face aux conséquences des avortements illégaux, revendique l’accès à l’IVG, non seulement comme un droit sexuel et reproductif des femmes, mais aussi comme un droit à la santé, pour rejoindre les 5 pays de l’Amérique Latine qui autorisent l’interruption volontaire de grossesse sans restrictions ni conditions.

Cependant, il ne faut jamais croire que l’avortement est un ange déchu et déguisé pour les femmes, certaines rêvent de porter les colliers les plus chers de Swarovski tandis que d’autres préfèrent la sensation de tout petits bras autour de leur cou.

Si vous estimez que toutes les femmes préfèrent les pierres précieuses et que toutes les grossesses durent seulement 9 mois, je vous certifie que vous souffrez probablement d’un manque affectif.
En effet, certaines grossesses durent des années d’espoir mais hélas, certaines circonstances massacrent cette espérance.

Dans le cadre de la politique de l’enfant unique à la fin des années 1970, l’avortement fut le diable en personne.
Nul ne pourrait imaginer la souffrance vécue par les femmes chinoises, victimes des avortements forcés.

Alors l’avortement, ange ou démon ?
La meilleure réponse à cette question est celle d’Einstein : tout est relatif.
Après tout, ça commence par un baiser et finit par un bébé et s’il n’y a plus de bébés, l’humanité va rejoindre les femmes argentines et les dinosaures dans l’au-delà.

Il est évident que remarquer l’importance du laps de temps entre 1973 et 2020, ne nécessite guère de calculatrice, et ce même pour deux pays appartenant au tiers-monde.
Bien sûr que je ne parle pas de la Chine mais plutôt de la Tunisie, notre belle Tunisie qui a fait figure de pionnière : elle a été le premier pays africain et musulman en 1973 à légaliser l’avortement sans restrictions.
Ne soyons pas trop chauvins, un peu de modestie, chers tunisiens.

Alors félicitations à l’Argentine pour cette victoire et cette nouvelle forme d’émancipation qu’elle vient d’acquérir, même si cette victoire est un peu tardive, mieux vaut tard que jamais !

Enfin, à l’occasion de cette bonne nouvelle, je vous invite tous, hommes et femmes, à être à la hauteur de cette liberté en adhérant à la culture des fruits de l’amour, et non ceux du péché.

Conseil de grand-mère : tâchez d’employer les calendriers au lieu de les jeter à tort et à travers, afin de minimiser les sottises.

Share your thoughts

Continue Reading

Actualités

The Cost of Beauty: Animal Testing?

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

On April 6th 2021, a peculiar 3-minute-stop-motion video was posted on Youtube called « save Ralph ». At the outset and through its deceiving style, this animation was merely about a rabbit proudly discussing his occupation as a « Tester ». Underneath the faint laughs, deceiving smile and self-deluding promises, while seeking the faintest ray of self-fulfillment, Ralph sheds light on a more ruthless reality.

Up to the present time, worldwide famous make-up brands still opt for these cruel experiments with the obscene vindication of wanting to put together the optimal product for people. Whilst safer alternatives for the make-up industry exist, the U.S. Food and Drug Administration (FDA) is still ardent to consider these ventures as a mandatory requirement for cosmetic products to be on the market.

The subjects of such horrid tests are rabbits, guinea pigs, hamsters, rats and even larger animals like cats and dogs.

Once put through all sorts of unthinkable experiments the poor subjects are then disposed of and more animals are subsequently brought to be tortured. The seized animals undergo forceful chemicals tube feeding, blinding eye drops along with chemical injections that cause loss of motor function and not to mention their exposure to a variety of lethal fluids that cause irreversible damage as the fur that would naturally protect them got shaved…

Notwithstanding the European Union finally taking action in 2013 by banning animal testing, followed by India, Norway, and Iceland, this endless cycle of cruelty towards helpless souls kept going on in the US despite the tremendous effort animal advocates and organizations are putting into this matter.

Some worldwide companies such as NARS and Maybelline even went the extra step by funding laboratories abroad, particularly in China. By doing so, these firms are slithering their way out of any criticism or backlash they could face from people by not directly having a hand in animal testing.

On top of that, giant corporations like L’Oréal, M.A.C, Chanel, Burberry … are still conducting these unethical tests with no real intention of abandoning their practices.

For the sole purpose of helping the thousands if not millions of caged animals, the Humane Society International (HSI) unveiled the darkness lurking behind the beauty campaigns’ curtains and reminded the world of how crude and barbaric the pursuit of beauty and perfection truly is as it put Ralph through a vicious cycle of torture.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press