Connect with us

Actualités

L’islamophobie frappe de nouveau !

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

Dans une déclaration datant de 2004, Kofi Annan, Secrétaire général de l’ONU, disait : « Quand le monde est contraint d’inventer un nouveau terme pour constater une intolérance de plus en plus répandue, c’est une évolution triste et perturbante. C’est le cas avec l’islamophobie. »

Le contexte d’islamophobie actuel

Il semblerait que ces propos ont trait à la situation par laquelle est passée la France ces derniers jours : Samuel Paty, professeur d’Histoire à Conflans-Sainte-Honorine en région parisienne, a été exécuté le 16 octobre, à l’âge de 47 ans, pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression. L’assaillant, Abdoullah Anzorov, un réfugié russe de 18 ans, avait auparavant revendiqué son acte en postant un tweet comprenant une image de la tête décapitée accompagnée d’un message provocateur.

Peu après son crime, il avait pris la fuite, avant d’être rapidement intercepté par la police. Celle-ci, avait touché par neuf balles l’assaillant, après une course poursuite  durant laquelle il était muni d’une arme blanche et d’une arme de poing.

La montée nationale de l’islamophobie

Trois jours après, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est prononcé sur sa volonté de dissoudre des associations et des organisations non gouvernementales, reconnues comme  adversaires de l’islamophobie, dont le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), et le BarakaCity.  Darmanin a continué de légitimer l’islamophobie en affirmant que personne ne pourra empêcher  la publication de caricatures blasphématoires montrant le prophète Mahomet d’une manière insultante aussi bien dans les lieux scolaires que dans tout le pays. Il a également précisé, qu’au cours de ces trois dernières années, environ 350 lieux, y compris des mosquées, ont été fermés.

Le président de la République,  Emmanuel Macron, affirme quant à lui, lors d’un Conseil de défense que « Les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles » étant donné les éventuelles mesures entreprises par le gouvernement français.  Une déclaration  d’ailleurs accompagnée d’un texte de loi lancé en ce début d’Octobre, visant à empêcher les séparatismes et la dominance de l’islamisme radical.

La propagation de l’islamophobie à l’échelle internationale

Mais l’islamophobie n’a pas seulement frappé la France. Ce mot, né dans la première moitié du XXe siècle, signifie le rejet ou la haine que subissent les musulmans dans les quatre coins du monde. Et depuis les attentats du 11 Septembre, tout s’est intensifié. En 2019, le CCIF a recensé 789 signalements d’actes islamophobes.

L’écho de cette hostilité envers l’Islam s’est répercuté partout dans le monde. Plusieurs concours de caricatures contre le prophète Mahomet ont été organisé, notamment  aux États-Unis en 2015 et aux Pays-Bas en 2018, pour riposter contre l’obscurantisme religieux.

En Inde, le premier ministre Narendra Modi, juge l’arrivée des migrants musulmans néfaste pour la république et leur refuse la nationalité. Celui-ci aurait déjà prévu la construction de centres de détention destinés aux migrants illégaux.

Au canada, le 29 janvier 2017, un jeune étudiant, Alexandre Bissonnette, ouvre le feu sur des musulmans alors qu’ils priaient au Centre culturel islamique de Québec, faisant six victimes.

Quelques années après l’attentat, le 16 juin 2019, le Québec adopte une loi sur la laïcité, qui refuse le port du voile islamique aux enseignants. Loi également approuvée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale en France, qui le considère comme non conforme aux valeurs prônées par le gouvernement français.  Aussi bien que pour le port du voile, l’exposition en burkini sur les plages de certaines communes a été le centre d’une polémique, durant l’été 2016.

 

Les actes d’islamophobie auraient l’air d’être plus nombreux, tous conduisant à une oppression de la liberté de culte, sous prétexte d’une protection de la liberté d’expression ou d’une mise à bas du terrorisme. Faudrait-il donc mettre fin à l’Islam ou à l’islamophobie pour mettre fin au terrorisme ?

 

Sites références :

Prof d’histoire décapité : l’assaillant, Abdoullakh Anzorov, était un Russe tchétchène de 18 ans

Islamophobie en France: le CCIF saisit le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Islamophobie

Share your thoughts

Continue Reading

Actualités

The Cost of Beauty: Animal Testing?

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

On April 6th 2021, a peculiar 3-minute-stop-motion video was posted on Youtube called « save Ralph ». At the outset and through its deceiving style, this animation was merely about a rabbit proudly discussing his occupation as a « Tester ». Underneath the faint laughs, deceiving smile and self-deluding promises, while seeking the faintest ray of self-fulfillment, Ralph sheds light on a more ruthless reality.

Up to the present time, worldwide famous make-up brands still opt for these cruel experiments with the obscene vindication of wanting to put together the optimal product for people. Whilst safer alternatives for the make-up industry exist, the U.S. Food and Drug Administration (FDA) is still ardent to consider these ventures as a mandatory requirement for cosmetic products to be on the market.

The subjects of such horrid tests are rabbits, guinea pigs, hamsters, rats and even larger animals like cats and dogs.

Once put through all sorts of unthinkable experiments the poor subjects are then disposed of and more animals are subsequently brought to be tortured. The seized animals undergo forceful chemicals tube feeding, blinding eye drops along with chemical injections that cause loss of motor function and not to mention their exposure to a variety of lethal fluids that cause irreversible damage as the fur that would naturally protect them got shaved…

Notwithstanding the European Union finally taking action in 2013 by banning animal testing, followed by India, Norway, and Iceland, this endless cycle of cruelty towards helpless souls kept going on in the US despite the tremendous effort animal advocates and organizations are putting into this matter.

Some worldwide companies such as NARS and Maybelline even went the extra step by funding laboratories abroad, particularly in China. By doing so, these firms are slithering their way out of any criticism or backlash they could face from people by not directly having a hand in animal testing.

On top of that, giant corporations like L’Oréal, M.A.C, Chanel, Burberry … are still conducting these unethical tests with no real intention of abandoning their practices.

For the sole purpose of helping the thousands if not millions of caged animals, the Humane Society International (HSI) unveiled the darkness lurking behind the beauty campaigns’ curtains and reminded the world of how crude and barbaric the pursuit of beauty and perfection truly is as it put Ralph through a vicious cycle of torture.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press