Connect with us

À vos plumes

Réseaux Sociaux et Santé Mentale: Où est-on ?

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

Notre ère est par excellence l’ère de la technologie et du numérique. L’apparition d’internet a bouleversé le monde. Grâce à la toile numérique, l’humanité a connu sa 4ème révolution après la cognitive, agricole et industrielle. Aujourd’hui, on peut avoir accès à toute l’actualité instantanément. Avec un clic, on peut savoir les résultats des négociations entre Pékin et Washington, les résultats des manœuvres militaires entre les deux Corées tout au long du 38ème parallèle nord. De Tokyo à Santiago, en passant par Kaboul, Baghdad, Bruxelles et New York, le monde est à la portée de nos mains. On n’est plus obligé d’attendre le journal de demain ou les infos de 20h pour connaître ce qui se passe en Syrie ou en France. Aujourd’hui, il suffit d’un seul clic pour être à la page.

Internet : Efficacité VS Sociabilité. Faut-il faire un choix ?

Internet est un outil puissant, certes, mais un autre acteur est entré en jeu pour lui donner toute l’envergure qu’il connaît aujourd’hui : les réseaux sociaux. Marc Zuckerberg et ses amis de Harvard n’auraient jamais pensé que son petit site web, dédié à ses camarades de classe, envahirait le monde. Grâce à cet espace, et à d’autres, à savoir Twitter, LinkedIn ou Instagram, tout est possible. Retransmettre des événements en direct, s’exprimer librement et avoir des nouvelles de sa famille est aujourd’hui trivial. Auparavant, contacter les gens nécessitait de l’effort. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, c’est même d’une facilité déconcertante.

Mais, qu’en est-il de notre santé mentale et de notre sociabilité ? À ce stade-là, j’aimerais vous révéler une petite vérité : On est tous dans le même pétrin. On a l’impression d’être des gens sociables parce qu’on a la côte sur les réseaux sociaux. Mais, en réalité, on est de plus en plus accros aux smartphones, on est devenu des êtres individualistes dont l’isolation s’endurcit.

Si les réseaux sociaux ont facilité la tâche de contacter, ils ont aussi tué la chaleur humaine en chacun de nous. On ne fait plus autant d’efforts pour montrer de l’attachement à quelqu’un. On se dit qu’un « like » sur la dernière photo mise en ligne ferait l’affaire, qu’après tout cela ne peut faire que plaisir à la personne concernée.

Résultat : nos sentiments sont faussés. On profite de moins en moins des personnes autour de nous. Nos relations humaines sont volatiles comme la mémoire RAM d’un ordinateur. Ce cercle vicieux de relations humaines nous amène à nous poser les questions suivantes : Sommes-nous à l’origine de ce problème ? Ou est-ce que ces moyens de communication ont « virtualisé » notre chaleur humaine et notre trait sociable ?

Les « Digital Influencers », nouveau fléau ou moyen de gagner sa vie ?

Le temps que l’humanité essaya de comprendre la nouvelle méthode de communication, elle se fit envahir par un autre phénomène qui a déséquilibré la santé mentale des gens. Ce phénomène n’est autre que des personnes comme nous, ou presque. À un moment de leur vie, ils vivaient comme Mr & Mme Tout Le Monde. Avec l’apogée des réseaux sociaux, ils commencèrent à partager les détails de leur vie, à donner des astuces de beauté ou de cuisine et à faire connaître les bons plans de restaurants. Aujourd’hui, ils font de la publicité sur Instagram pour des marques de vêtements ou de produits cosmétiques, des restaurants, des hôtels et j’en passe. Vous avez deviné juste ! On les appelle Digital Influencers, Instagrammeurs, Influenceurs et Youtubeurs.

Au final, ce sont des gens qui vendent l’image de la « vie parfaite » : Des hôtels luxueux, des restaurants chics, des paysages beaux à voir, des pays à découvrir. D’autres personnages pratiquent également ce genre d’activité comme les stars de foot, les chanteurs, les mannequins et les artistes. Et ils le font, non par amour, mais parce que devenir influenceur peut raccourcir leur long chemin vers la célébrité.

Mais où est le simple utilisateur dans tout ça ? Au final, c’est un consommateur qui subit une « agression mentale » au quotidien. Vous trouvez que le terme est un peu violent ? Peut-être que j’exagère un peu. Néanmoins, c’est ce que je constate au quotidien. Ces personnes présentes sur Internet ont au final stéréotypé le côté rêveur et ambitieux des gens surtout les plus jeunes d’entre eux. Auparavant, l’école était l’ascenseur social. Elle assurait un minimum de culture et de savoir et un diplôme, elle aide aussi à décrocher un bon boulot pour démarrer sa carrière professionnelle comme elle se doit. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. L’éducation et l’apprentissage jugés trop difficiles par les gens, Instagram est devenu le nouvel ascenseur social. Fini le temps où l’effort et le talent permettait le succès. Avoir des abonnés sur Instagram et publier quotidiennement des postes vides de sens devint suffisant pour entrer dans « la cour de la célébrité ».

Serons-nous plus heureux sans réseaux sociaux ?

Si vous êtes en train de lire ces mots, soyez honnêtes avec vous-même et posez-vous la question suivante : Suis-je satisfait de ma vie réelle, et non celle partagée sur les réseaux sociaux ?

L’humanité est basée sur sa diversité. On est créé différemment. Chacun de nous a son trait spécial, son empreinte propre à lui. Cela peut-être un talent, un don, une capacité physique ou mentale ou une force de caractère. Même nos formes, nos traits de visages et nos ossatures sont différents. Mais, ce n’est plus le cas. Avec le flux des digital influenceurs, on se rend compte qu’on fait face à un nouveau standard de réussite et de beauté. Pour les hommes, la formule magique est simple : un corps musclé, une barbe bien taillée, une tenue chic et une belle voiture. Quant aux femmes : des cheveux lisses, un corps de mannequin, une robe de marque et des voyages un peu partout dans le monde.

Néanmoins, la vie de tous les jours n’est pas aussi luxueuse que ça. Dans la vraie vie, on galère, on tombe malade, on manque d’appétit, on travaille jour et nuit et on se sacrifice pour atteindre nos objectif. On vit toute sorte de problèmes. Alors, quand on veut prendre une petite pause sur Instagram pour se vider la tête, on tombe naturellement dans la dépression. On commence à se demander : la vie vaut-elle réellement la peine ? Le chemin qu’on a choisi est-il vraiment gagnant ? Notre façon de voir les choses vaut-elle le coup ? Petit à petit, on commence à maudire notre vie et on commence à se plonger dans des rêves interminables. Certains continuent leurs vies avec un lourd fardeau d’angoisse sur les épaules. D’autres, vont de l’autre côté et essayent de prendre le train, de jouer le jeu en espérant qu’ils peuvent « changer le monde ».

Finalement, je tiens juste à préciser qu’à travers ces lignes, je voulais initier une réflexion commune sur l’impact des réseaux sociaux sur notre santé mentale. Je ne prétends aucunement détenir le savoir ultime. Néanmoins, mes quelques années vécues sur cette terre m’ont permis de déduire ce constat : « Vivez votre vie comme vous le voulez vraiment. Tout ce que vous faites doit venir de votre cœur. Vous êtes différent et unique. Vous pouvez changer le monde. Le changement vient de votre esprit, de votre mental, pas de votre smartphone ».

Mohamed Nadhir Salem

 

Share your thoughts

Continue Reading

À vos plumes

Appel à la réflexion : L’ingénierie vous lance un message

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]

By

Vous les INSATiens, quelle définition donneriez-vous à l’ingénierie ?

Pour moi l’ingénierie dépasse tous les stéréotypes que l’on peut se faire sur le sujet : « L’ingénierie, c’est un travail d’homme » ou encore « Un ingénieur, c’est sûrement un geek matheux toujours collé derrière son écran ». L’ingénierie se situe au-delà des clichés, car outre l’étymologie et l’histoire pour me donner raison, elle signifie avant tout pour moi  la conception et l’ingéniosité.

L’INGÉNIERIE, une discipline dont l’appellation est si singulière et qui embrasse pourtant toutes les connaissances scientifiques et techniques formelles du monde. Pouvoir étudier un projet, l’administrer, lui appliquer des règles physiques, mathématiques et des sciences plus fondamentales. Ça vous paraît facile ? Essayez donc pour voir !

Si l’ingénierie  a participé au façonnage de l’état moderne, il n’empêche que son utilité a vu le jour dans plusieurs civilisations. L’Égypte Antique, la Grèce Antique, les Romains…Toutes ces civilisations ont vu grandir des créations inconcevables pour si peu de temps et de matière à portée de main. Comment a-t-on pu créer l’originelle pyramide égyptienne, la pyramide de Djéser, ou encore l’éolipyle, la première machine à vapeur au monde ?

Rassurez-vous, mon but n’est pas de vous ennuyer aujourd’hui en vous étalant toutes les informations présentes sur Wikipédia mais de vous emmener dans un voyage vers le passé, le présent et l’avenir, vous faire aimer ou non ce qui sera votre futur métier. Une seule clé en main qui me vient à l’esprit, le personnifier. Oui, ma décision est de rendre vivant ce qui vous a vous-même rendu vivants.

Sans elle, nul n’aurait imaginé le monde d’hier ou de demain. Le premier qui a osé lui faire honneur est celui qui vous a fait la plus grande des faveurs. Un seul mot a suffi pour vous ouvrir les portes des domaines les plus improbables, le militaire, l’agriculture, le civil et j’en passe.  En bien ou en mal, pour la guerre ou pour la santé, elle vous a agrandi comme vous a ruiné.

L’ingénierie est l’intrus qui dès qu’il entre dans votre vie, vous ne pouvez plus vous en passer. Rien que dans les plus petits sujets, elle a son mot à dire. Elle manipule, elle promeut,  elle encourage ceux qui vous font du mal ou vous laissent perplexes, comme cette électricité statique qui vous punit d’éclairs furtifs lorsque vous vous rapprochez trop vite de quelqu’un.

Aujourd’hui, elle vous change tous sans exception.  Elle est impatiente, elle veut à tout prix accélérer votre monde, vous rendre robots, drones et autres. Elle veut vous aider en prenant votre place pour que vous puissiez vous occuper de ceux que vous aimez. Elle ne veut plus que vous ne touchiez à rien, elle veut être présente partout, tout le temps.

Elle veut vous faire rêver comme dans Inception, vous faire explorer vos plus sombres secrets, vous aider à surmonter vos peurs les plus suffocantes ou vous pousser à toucher le Saint Graal. C’est une guerrière. Elle veut briser les barrières de l’inconnu. C’est une musicienne. Elle veut créer la parfaite harmonie entre votre conscient et subconscient. Je vous l’ai dit, elle est une manipulatrice. Elle veut les rendre lucides, ces rêves, changer leur scénario, y inviter d’autres comme vous.

Vous pensez certainement qu’elle pourrait résoudre tous vos blêmes psychologiques, qu’elle donnerait la main à tout le monde, même aux plus faibles ? Qui pourrait me garantir qu’elle n’est nullement une usurpatrice, que tout ce que j’ai écrit jusque-là ne sont que des leurres ?

Demain, ses partisans iront au défi de l’éthique, ils ne reculeront devant rien pour créer quelqu’un de mieux que vous, votre surhomme. Leur projet ultime serait d’atteindre l’apothéose, la pérennité des Dieux. Vous ne pouvez ou ne voulez pas raisonner en leur faveur. C’est compréhensible mais il n’en reste pas moins que c’est possible. Certes, Il n’est pas dans l’absolu qu’elle puisse soigner votre vieillesse car l’avenir est incertain mais vous vous y accrochez. Vous vous y accrochez dur comme fer car vous voulez l’immortalité de ce qu’elle crée, de la matière qu’elle assemble et rassemble.

Alors oui, elle voulait vous aider au départ, vous tendre la main, mais vous, ingrats que vous êtes, vous en voulez trop. Vous voulez la vie de Rick et Morty, les existences alternatives, les paradoxes de la réalité et tout ce qui suit mais pour moi, il ne me vient que l’image d’un crime qu’elle a commis, la perte de l’humanité.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press