Connect with us

À vos plumes

بين أحضان سيجارة

Avatar

Published

on

[simplicity-save-for-later]
يداه ترتجفان لكنّه لا يعلم أ كانتا ترتجفان من البرد القارص وقطرات الندى المتساقطة على شعره الكثيف ككثافة همومه أم هكذا بدا له. لم يعد هناك فرق بين الواقع والوهم.
غرفته الضيّقة احتوته واحتوت مع وجوده وجدانه.
نظر إلى سيجارته المرتعشة مع ارتعاش يديه ورأى في احتراقها ورمادها حياته الّتي استهلكت يوما بعد يوم وفي دخانها الّذي غمر الغرفة اليأس الّذي غمر فؤاده.
وترك عبق احتراق تبغ أحلامه رائحته على ملامح وجهه. لم يكن فوق طاولته البيضاء التي لوّثت برماد سيجارته سوى قارورة مياه.
طاولته البيضاء كبراءة طفولته وصفاء نيّته الّتي كانت سببا في سجنه هذا. وبقع السواد هي الّتي تركته يتمسّك بالحياة كتمسّك الطلاء بالسطح. هو يعلم جيدا ان السواد مجرّد غطاء يخفي البياض وأنّ البياض هو الأصل ولكن من يهتم …
قارورة المياه كانت نصف مملوءة أم نصف فارغة من يدري؟
ضحك من سخريّة القدر ومن عجرفة مصيره كأنّما الآلهة وجدت في عذاباته متعة.
لم يكترث للقارورة بل اكترث لما بداخلها، مياهها كانت سرّ الحياة ولكنّ هذه الحياة كانت أسيرة تلك القارورة حبيسة مثله.
لم يكن بإمكانه فكّ قيوده إلاّ أنّه وجد في سكب المياه على الأرض تمرّدا.
دع تلك المياه تتحرّر لعلّ في تحرّرها تجد حريتك فلا معنى للحياة بلا حريّة.

Share your thoughts

كاتب خواطر و شعر حر و عاشق للشعر العربي القديم و الحديث

Continue Reading

A letter for me

Cher inconnu

Linda Ghazouani

Published

on

[simplicity-save-for-later]

Dans un monde meilleur où l’existence physique n’existe pas, où l’âme est visible, les sentiments sont purs, ressentis, et même les idées les plus complexes sont comprises, j’écris pour toi mon cher étranger tout ce que je n’ai jamais osé avouer. C’était une nuit douce et silencieuse. On était seuls et on était libres.

Loin de toute voix qui nous empêchait d’être nous-mêmes. Loin de ce monde qui ne cessait de nous accaparer le souffle. Loin des attentes, de l’hypocrisie, et de la méchanceté gratuite, loin de ce monde. Je ne te connais pas, je t’écris tout en sachant que je n’aurai jamais une réponse de ta part, et pourtant cela me rassure. Je t’écris ces petits mots pour partager avec toi une partie de moi que j’ai toujours gardé cachée, me vois-tu alors ? Moi aussi, j’ai peur de l’inconnu, mais pas de toi cher inconnu, bien au contraire, toi tu es ma liberté.

Je n’ai jamais su comment me présenter. J’avais l’habitude de prononcer un prénom que je n’ai jamais choisi pour faire l’affaire et je pensais que ceci était suffisant. Ça n’a jamais été le cas, n’est-ce pas ? D’ailleurs, cher étranger, je n’ai jamais compris ce phénomène de vouloir résumer tout un être complexe en quelques mots. Quelle partie de moi devrais-je choisir pour la montrer aux autres ?

Mon Cher Étranger, je t’avouerais en premier lieu que je suis quelqu’un d’observateur, et que je passe la moitié de mes journées à penser et mes nuits à écrire. Voyez-vous cher étranger, je me réveille chaque jour en espérant voir un monde nouveau et meilleur, pour au final faire face à la triste réalité que ce monde dans lequel nous vivons manque de vie.

J’aimerais tant faire remonter le temps, pour pouvoir trouver cette chaleur qui manque, pour pouvoir savourer la vie encore une fois et profiter de chaque petit détail. J’aimerais tant faire remonter le temps, pour pouvoir encore une fois croire en la bonté des Hommes, la noblesse de l’humanité et la beauté du futur. J’essaies chaque jour de suivre les pas de Dieu, de négliger tout ce mal qui nous entoure.

Parfois, j’essaies de le justifier et de lui donner un sens. Ce monde est si vaste et spacieux au point que je ne cesse de le remplir avec mes innombrables rêves et souhaits. Maintenant, j’ai l’impression qu’aucun espace ne me suffira amplement…

J’aimerais tant recroiser la rue, tout en souriant à cet étranger en face de moi, faire voler mon cerf-volant aussi haut que mes attentes, regarder le ciel pendant des heures, marcher sous la pluie, rencontrer cet ancien ami avec qui je riais de tout et de rien, laisser court à ma propre imagination et tomber amoureuse encore une fois de l’art, de l’expression de soi, de la musique et donner un rythme à cette vie monotone, danser, danser jusqu’au lever de soleil , laisser ses rayons réchauffer ma peau, et sentir l’air frais jouer avec mes cheveux, courir après mes rêves pour au final rendre cette vie, encore une fois, magique.

Moi ? J’adore les nuits. Tout me semble calme, mystérieux. J’adore regarder les étoiles, et rêver qu’un jour peut-être, je pourrai les toucher, d’imaginer que quelque chose se cache derrière, que ces petits points lumineux sont ceux que j’ai rencontré pendant ce long chemin appelé la vie, et qui ont fini par me quitter. J’adore le fait que lorsque je m’allonge et que je fixe des yeux le ciel, j’ai ce sentiment de flotter dans l’espace.

D’ailleurs mon cher étranger, tu devras essayer cette habitude que je garde depuis mon enfance. Il me suffit de fermer les yeux pour voir tous ces différents souvenirs défiler dans ma tête. Je me souviens de chaque personne qui, un jour, a croisé mon chemin comme si je viens tout juste de la croiser, et cela me rend nostalgique. Je fuis souvent tout ce qui me semble inconfortable, et donc je me fuis moi-même.

La vulnérabilité m’attire. La sensibilité m’attire. Dans un monde où l’on confond nature humaine et faiblesse, oser être transparent est un art. Et je t’assure que le fait que ceux qui m’entourent ne savourent pas la vie de la même façon que moi me perturbe.

Je me confie à toi alors, Cher Inconnu, parce qu’un étranger ami est meilleur qu’un ami étranger.

Share your thoughts

Continue Reading

Made with ❤ at INSAT - Copyrights © 2019, Insat Press